Temps pour maman

Comment ne pas évoquer un conformiste, ou comment ne pas briser le caractère en vous apprenant à briser les règles?


Comment persuader un enfant (et aussi un adulte) respecter des règles sensibles? Surtout un adolescent, biologiquement déterminé à enfreindre les règles existantes sans aucun lien avec leur légitimité et leur sens? Difficile, pas impossible, donc digne d'attention, d'autant plus qu'il en va de même pour les personnes assez adultes, car nous nous sentons tous comme parfois contourner, plier ou simplement dépasser les normes applicables. En même temps, je pense personnellement que le franchissement en ligne droite est préférable au contournement, à la flexion et à d'autres manoeuvres vagues, ce qui témoigne de l'absence de vos propres croyances et - pour l'équilibre - d'une tendance unique à se tordre et à être trompé.

Ce sera subjectif, même beaucoup. Cependant, quelque chose me dit que ce n’est pas sans raison.

Principe reconnu comme propre = principe respecté?

Parce que c'est comme ça. Pour qu'un principe soit honnêtement (non par conformisme, par commodité, par volonté de plaire et par le profit futur - c'est pire que par la peste), il doit être respecté dans son cœur (aussi naïf que cela puisse paraître). Qu'elle soit reconnue comme sienne - et dans son cœur - elle ne devrait pas, et en aucun cas il ne peut pas être imposé d'en haut. Un adolescent rebelle va la rejeter par le haut, sans entrer dans les nuances (bonne ou mauvaise règle, il ne s’étonnera pas), ses axiomes n’intéressent tout simplement pas, parce qu’ils ne le sont pas. En outre, la plupart des adultes ne les intéressent pas, mais chez les adultes, il y a un problème qui concerne toutes sortes d'avantages (et parce que je dois gagner de l'argent, et parce que je ne peux pas perdre mon travail, et pourquoi ai-je besoin de problèmes, et seulement de stupides penchés, etc., etc.) consacrez les valeurs les plus sincèrement professées et expliquez cette démission par des valeurs "plus élevées". Pas sans raison, sinon la moitié d'entre nous aurait faim et serait sans abri, mais la tête haute. Mais il s’agit d’un problème beaucoup plus complexe et je suis trop bête pour parler de tels dilemmes.

L'adolescent n'acceptera rien imposé d'en haut

Il s'est avéré que l'adolescent n'accepterait rien imposé d'en haut, pas même le plus précis. Et à juste titre. Et pourquoi pas? Parce que c’est un homme qui (faute de dépendance économique vis-à-vis des autres) peut se permettre des soupçons tout à fait justifiés de ne pas céder passivement aux ordres d'autrui et de faire des choix indépendants (cela est enseigné à cet âge) et - de plus - qu'il faut affirmer et enquêter sur les raisonspour lesquels des ordres et des normes ont été introduits. Mais sachant que les raisons ne lui suffisent pas pour adopter des normes, il sait que ces raisons doivent ensuite être analysées et évaluées. Et alors seulement - peut-être - considérez-les comme ayant raison, et donc comme étant les leurs, et respectant la vie normale. Simple? Comme un fil! En tout cas, pour un adolescent caractérisé par une pensée assez adulte et en même temps par un manque total de conditions dites adultes, conditions qui nous obligent à renoncer à de nombreux principes reconnus comme légitimes et à respecter les quelques-uns avec un cœur rempli de peur. Un adolescent n'a pas besoin de gagner sa vie, personne ne le congédiera de son travail, ses parents lui donneront toujours un lit, une lessive et un toit sur la tête. Tout au plus, il se dispute avec son ami (les adultes se disputent également malgré le conformisme), tout au plus ils le considèrent comme un monstre à l'école (enfin, certains adultes l'ont aussi) ou baissent son comportement (s'ils fixent bêtement les règles - ce qui signifie que ces règles ne s'appliquent pas aux choses important pour le bien de l’homme et ne satisfait que l’amour de soi des organismes de normalisation). De l'avis de son (adolescent), les effets peuvent être vraiment douloureux, mais du point de vue des parents, il aura quand même un atterrissage en douceur. Ce que nous allons bien sûr lui fournir. Un tel rôle - social :)

Le raisonnement ci-dessus peut être long, mais je ne peux pas le faire plus rapidement, et parce que le diable est dans les détails (c'est-à-dire, lorsque déformer les détails déforme le sens de l'ensemble), je veux donc exprimer précisément ce qui dans mon esprit n'a pas semblé aussi "long". Il est difficile. J'ai commencé, je vais finir.

Comment ne pas évoquer un conformiste, ou comment ne pas briser le caractère en vous apprenant à briser les règles?

C'était théoriquement, maintenant, il y aura un peu de "savoir-faire", car j'ai accumulé beaucoup d'expérience personnelle et professionnelle, sauf que je soulignerai immédiatement que ce que j'ai découvert est principalement constitué de conclusions. appris des échecs éducatifs (privés et professionnels), mais aussi que j'ai pratiqué ces conclusions et, sans me vanter, un indice, avec le pire résultat, alors voici:

Le seul axiome que nous pouvons et devons nous permettre est que le principe du droit de chacun d'être bien traité. Je le dis volontairement de cette façon pour éviter des phrases trop virulentes telles que "vous devriez être bon" pour tout le monde. Certaines personnes réagissent allergiquement à une telle volée, qu’elles soient ou non en accord avec le libellé. Nous nous approchons de l’autre côté - du côté des droits des adolescents, pour lequel tout le monde (pas seulement un adolescent) est particulièrement sensible, voire hypersensible. Eh bien, il est difficile d'être en désaccord avec le droit d'être bien traité, même l'adolescent qui conteste le plus violemment, même s'il se défend de ne pas vouloir être bien traité. Je connais de telles œuvres d'art, aujourd'hui, elles sont adultes :) Nous n'y croyons pas! :) Il n'admettra rien au monde qu'il ait honte d'admettre qu'il veut être bien traité.

Puisque nous avons accordé le droit à chaque membre du groupe (famille, classe, communauté scolaire) d’être bien traité, le fondement de toutes les règles ultérieures et plus détaillées est venu, il est temps de définir les règles. Qui les invente? Qui propose? Qui détermine? Et à quoi se rapportent-ils vraiment? A propos de ça la prochaine fois :)

Nous vous invitons à la prochaine partie ici.